Publicité

Michael Kiwanuka : "Pourquoi j'ai refusé de changer de nom"

Lundi 11 Novembre 2019 / Michael Kiwanuka : "Pourquoi j'ai refusé de changer de nom"

"Je ne changerai pas mon nom, peu importe comment on m'appelle", chante Michael Kiwanuka sur son dernier single, "Hero".

Au fil des ans, le chanteur londonien, né de parents ougandais qui avaient fui le régime d'Idi Amin Dada, a vu son nom écorché de plusieurs manières.

"Michael Kiwa-nin-nin-nin-nooko, Michael Keena-wooka, Michael Kawaski... N'importe quoi d'autre que Michael Kiwanuka", a-t-il déclaré à la BBC.

En 2012, il a pris la tête du sondage Sound of 2012.

"Une fois, dans ma loge, il y avait cinq 'n' - Kiwaninininininanuku !"

En tant que jeune musicien, on lui a demandé à plusieurs reprises de choisir un nouveau nom pour le rendre "plus commercialisable".

Aujourd'hui, avec une grande confiance en lui, il a appelé son troisième album Kiwanuka. Tout en majuscules.

Accompagné d'un portrait du chanteur déguisé en roi africain de l'époque Tudor.

Vous pourriez interpréter cela comme de l'arrogance ou de la fierté, mais ce n'est pas son intention.

Le titre de l'album est "une déclaration pour moi", dit Kiwanuka.

Un rappel qu'il a vaincu son doute de soi handicapant.

"J'ai toujours eu le syndrome de l'imposteur", dit le chanteur.

"J'attendais toujours que quelqu'un me découvre et me dise : 'On voit que tu n'es pas si bon que ça et que tout va s'effondrer'".

''Vraiment effrayé''

Peu importe que son dernier album de 2016, ''Amour & Haine'', ait été numéro un et nominé pour un Brit Award.

"Cold Little Heart", le titre d'ouverture symphonique de l'album, n'a pas non plus été placé sur les premiers titres de Big Little Lies, ce qui lui a valu une reconnaissance internationale.

"C'était frustrant parce que je pensais que le [succès] aurait un effet différent, dit-il, mais c'était presque le contraire. J'ai été submergé par la réponse à l'enregistrement."

Il commence à croire que les producteurs de l'album, Danger Mouse et Inflo, sont les vrais talents et que ses propres contributions sont sans importance.

Parce qu'ils sont si bons et que je les admire tellement, j'ai commencé à me dire : "Peut-être que je ne suis en fait qu'un moyen et que c'est grâce à eux que c'est populaire", dit-il.

"Et parce que l'album a bien fonctionné, il a amplifié ces sentiments, d'une manière étrange. J'ai vraiment commencé à avoir peur de ça."


Source:

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés