Publicité

Africa Unite ! : des artistes africains se mobilisent pour leur création contemporaine

Jeudi 17 Septembre 2020 / Africa Unite ! : des artistes africains se mobilisent pour leur création contemporaine

À la manœuvre, les maisons Cornette de Saint Cyr et La Marocaine des Arts sous les auspices de la Fondation pour le développement de la culture contemporaine africaine et le Fonds africain pour la culture.

Des artistes pour soutenir la création africaine. C'est le beau cadeau qu'offrent une trentaine d'artistes africains, en cédant gracieusement une ou plusieurs de leurs œuvres, qui seront mises aux enchères en ligne le 17 septembre à Drouot à Paris. Cette vente caritative, sous le titre de Africa Unite !, une chanson de Bob Marley symbole du panafricanisme, est organisée par deux fondations : la Fondation pour le développement de la culture contemporaine africaine (FDCCA) et le Fonds africain pour la culture (ACF, acronyme en anglais). Les deux institutions ont souffert. La pandémie du Covid-19 a stoppé toutes les manifestations culturelles et artistiques sur le continent. À cela s'ajoute la crise économique qui vide les poches des entreprises et des particuliers. « Certains de nos partenaires, des entreprises nationales et internationales, ont reporté leurs échéances de sponsoring, d'autres ont été amenées à supprimer leur budget dédié au mécénat. Notre Fondation a été directement impactée », reconnaît Fihr Kettani, secrétaire général de la FDCCA, basée à Casablanca. Par ailleurs, directeur et fondateur du Studio des Arts vivants à Casablanca, il touche tous les jours les difficultés rencontrées par le secteur culturel. « L'idée de cette vente nous a été inspirée par les actions de notre partenaire, ACF. Eux-mêmes ont réagi face aux effets de la pandémie en créant un Fonds de solidarité, SOFACO. L'un de leurs principes est de faire participer les artistes en offrant des œuvres, et en les revendant au profit d'une organisation qui finance des projets culturels par des appels à projets. ACF possède déjà une collection donnée par des artistes. Au niveau de la fondation marocaine, nous avons fait la même chose : lancer un appel aux dons. Nous avons ainsi pu constituer une collection conjointe avec ACF afin de créer cette vente aux enchères », explique Fihr Kettani.

Mobilisation des artistes

Initialement, cette vente devait avoir lieu début juillet, mais sur les conseils des maisons de vente Cornette de Saint Cyr et La Marocaine des Arts, qui organisent la vente à titre gracieux, l'événement a été reporté au 17 septembre, une date jugée plus propice à la réussite de l'opération.

À Drouot, 73 lots seront proposés. Des peintures, dont un tableau de la série calligraphie, du célèbre peintre marocain Mohamed Melehi, des Acryliques du plasticien haïtien Philippe Dodard, une toile de l'Ivoirien Mederic Turay, mais aussi une lithographie et collage, avec une machine à écrire, vieux modèle, du Sud-Africain William Kentridge ainsi q'un grand format en textile tissé de l'artiste malien Abdoulaye Konaté, ou encore les sculptures du Malien Amahiguere Dolo, et des photographies de Fouad Maazouz et Huda Ghorbel.

Une trentaine d'artistes africains sont représentés. « Nous avons eu une mobilisation que je qualifierais d'extraordinaire auprès des artistes et nous avons été agréablement surpris par la mobilisation de grands noms de l'art à cette cause », confie Fihr Kettani. « C'est une très belle collection qui peut intéresser des acheteurs au-delà de la cause. C'est une action que nous ferons parmi d'autres pour sauver ces fondations et leurs actions », commente-t-il.

Abdoulaye Konaté, artiste exposé, Arnaud Liger Laubhouet, membre fondateur de la FDCCA, Yacouba Konaté, commissaire général de l'exposition, et Brahim Alaoui, commissaire d'exposition, admirent des œuvres de l'exposition « Prête-moi ton rêve » à Casablanca.

Adel El Siwi, l'une des figures principales de l'art contemporain égyptien, est en résidence artistique à Casablanca dans le cadre de l'exposition itinérante « Prête-moi ton rêve ». Cet artiste de renom utilise les techniques traditionnelles de la peinture égyptienne dans un style contemporain pour créer des œuvres puissantes, reflétant ses engagements et ses convictions politiques. Un travail fort de sens à découvrir bientôt à Casablanca puis dans plusieurs pays en Afrique.

Le travail de Joseph-Francis Sumégné est caractérisé par une fusion de différentes disciplines d'art plastique et d'art appliqué (sculpture, mise en couleur, bijouterie, vannerie, tissage). Ses œuvres sont marquées par les influences de la sculpture traditionnelle de sa région d'origine, celle des Bamiléké.

Freddy Tsimba vit à Kinshasa, en République démocratique du Congo, son pays. Depuis la fin des années 1990, il récupère des matériaux métalliques pour les transformer en sculptures, souvent de grande dimension. Capsules de bière, cuillères, clés, chaînes, mais aussi morceaux d’obus, machettes, ou douilles constituent la matière première de ses œuvres, qui résonne avec l’universalité, la vie et la survie. La dernière a pour nom « Porteuse de vies ». Elle mesure 4,90 m, et trône désormais au pied du grand escalier du Théâtre national de Chaillot.

Utilisant des canaux de communication aussi divers que le dessin, la vidéo, la sculpture, l’installation, Yazid Oulab explore et invente des formes d’écriture. Empreintes de spiritualité, ses œuvres sont inspirées à la fois de la poétesse soufie, des souvenirs de son arrivée en France. Elles sont parcourues de références matérielles appartenant au monde ouvrier. L’artiste offre ainsi un travail polysémique, libre d’interprétation. Installées dans les lieux forts de l’ICI Goutte d’Or, entre le puits de lumière et les espaces de circulation, les œuvres de Yazid Oulab habitent ainsi l’espace dans toute leur résonance.

« Prête-moi ton rêve »

Parmi les artistes africains contemporains réunis pour cette vente caritative, certains participent à l'exposition panafricaine itinérante « Prête-moi ton rêve », un projet justement porté par la FDCCA. On retrouve Soly Cissé, Joana Choumali, Mohamed El Baz, William Kentridge, Siriki Ky, Abdoulaye Konaté, Mohamed Melehi, Barthélémy Toguo ou encore Ouattara Watts. Cette caravane de l'art, lancée à Casablanca en juin 2018, inaugurait sa troisième étape, après celle de Dakar, au musée Adama-Toungara à Abidjan en mars 2020, quand tout s'est brusquement arrêté pour cause de pandémie mondiale. L'exposition a rouvert ses portes au public le 14 août. Les recettes de la vente à Drouot doivent permettre à la Fondation pour le Développement de la Culture contemporaine africaine (FDCCA) et d'African Culture Fund (ACF) de poursuivre leurs actions en faveur de l'art contemporain africain et de surmonter les difficultés liées à la pandémie du Covid-19.

Objectif Tana

Pour la FDDCA, la priorité est de financer la prochaine étape de « Prête-moi ton rêve », Antananarivo, la capitale malgache, prévue pour mars 2021. « C'est un budget important, qui est composé des frais de transport, d'assurance, d'édition des catalogues, des frais de vernissage, les frais liés à l'invitation des artistes, à l'organisation des conférences et des tables rondes », détaille Fihr Kettani. Les partenaires dans le pays hôte prennent une partie du budget en charge. Ils sont ainsi chargés de mettre à disposition des infrastructures, des équipes, de prendre en charge les frais d'organisation. « La Fondation finance essentiellement tout ce qui est transport, assurance des œuvres, édition de catalogues. Il faut compter un budget moyen de 200 000 euros par étape, contrairement à la première étape de Casablanca, qui a nécessité un budget de 400 000 euros, parce qu'il a fallu inviter la majorité des artistes à produire des œuvres présentées dans l'exposition itinérante, des œuvres qui ont été produites à Casablanca en résidence », précise-t-il.

Pour les étapes après Madagascar, les discussions ne sont pas finalisées, mais sont bien avancées avec Lagos. À la fin de cette tournée itinérante, l'exposition rentrera au Maroc. « Aucune date n'a été fixée, ni ville. Avec le Covid, tout a été chamboulé, on se laisse la liberté du calendrier », glisse-t-il.


Par 

Lepoint


Source: Lepoint

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés