Publicité

Le Nigeria veut ressusciter sa filière cacao

Mardi 12 Juin 2018 / Dans une plantation dans le sud-ouest du Nigeria, en juin 2018. CRÉDITS : PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Le gouvernement du président Buhari tente de redynamiser l’agriculture pour diversifier une économie trop dépendante de l’or noir.

Gratte-ciel de plus de 100 mètres de haut bâti grâce aux revenus de l’exportation des fèves, la Maison du cacao d’Ibadan, dans le sud-ouest du Nigeria, était dans les années 1960 le plus grand immeuble de tout le pays. A l’image d’un secteur trop longtemps négligé, elle n’est désormais plus que l’ombre de sa splendeur passée : la peinture se fane, le toit s’effondre et les bureaux sont vides.

« La Maison du cacao était la gloire de la région Ouest », qui couvrait près d’un tiers du pays, explique Pa Olusina Adebiyi, un ancien employé de l’immeuble âgé de 85 ans. « C’est devenu un taudis à l’abandon. » Avant la découverte de pétrole dans les années 1970, l’agriculture employait près de 70 % de la population active et le Nigeria était le deuxième producteur de cacao au monde. Eclipsé depuis par les milliards de dollars générés par les hydrocarbures, le secteur a connu un lent déclin.

Une nouvelle politique agricole

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le pays a produit 237 000 tonnes de cacao en 2016. Un résultat bien maigre comparé à ceux de la Côte d’Ivoire (1,47 million de tonnes) ou du Ghana (859 000 tonnes).

Le gouvernement du président Muhammadu Buhari essaie aujourd’hui de redynamiser l’agriculture pour diversifier une économie dépendante de l’or noir (90 % des revenus d’exportation, 70 % des recettes de l’Etat), qui sort péniblement d’une récession liée à l’effondrement des cours du baril.

Après avoir été « la ressource la plus négligée » du pays, le cacao est désormais au cœur de la nouvelle politique agricole, explique à l’AFP Sayina Riman, président de l’Association cacaoyère du Nigeria (CAN), qui a proposé au gouvernement un plan d’action sur dix ans. « Nous avons fait des recommandations qui peuvent changer l’histoire du cacao au Nigeria, en espérant qu’elles soient mises en place », précise-t-il.


Source: Autre Presse

Publicité

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés