Publicité

Qatar-Afrique : des partenaires qui se cherchent sans vraiment se trouver…

Lundi 25 Février 2019 / Qatar-Afrique : des partenaires qui se cherchent sans vraiment se trouver…

200 millions $ investis sur Airtel Afrique et une prospection active dans le secteur des télécommunications, une découverte majeure de gisement gazier en Afrique du sud… le Qatar fidèle à sa méthode discrète, a de nouveau marqué l’univers des investissements en Afrique en ce début d’année 2019. L’Emirat confronté au blocus que lui imposent ses voisins, veut diversifier davantage ses partenaires. L’Afrique est une cible de choix, mais la région peut-elle seulement saisir cette opportunité ?

A Lagos la capitale économique du Nigéria, lorsqu’on engage la conversation avec l’homme de la rue sur le Qatar, les réponses qui viennent fréquemment sont : eldorado, pouvoir financier, et pour les plus téméraires, la prochaine coupe du monde de 2022. De telles réponses sont aussi entendues dans les rues de Yaoundé ou d’Abidjan. Et pourtant, une course aux partenariats est engagée entre les monarchies du golfe, et l’Afrique, notamment subsaharienne, en est devenue une des cibles privilégiées.

« Ce doit être un endroit magnifique, même si dans certaines zones on rapporte souvent des situations de guerres et de pauvreté ».

Mais cela ne veut pas dire que les Qataris ordinaires en sont très conscients : « Ce doit être un endroit magnifique, même si dans certaines zones on rapporte souvent des situations de guerres et de pauvreté», a répondu poliment et dans un excellent anglais une des dames qataries présentes dans les halls du Doha Forum, tenu mi-décembre dernier.

L’Afrique, une composante de la stratégie diversification des alliances par le Qatar

La question africaine est désormais évoquée par les plus hautes instances du Qatar, comme une des possibilités d’ouverture vers de nouveaux partenariats. Cette éventualité apparaît dans un contexte où, pour l’émirat, les relations avec ses voisins se sont fortement dégradées, avec l’imposition d’un blocus aérien, maritime et terrestre depuis juin 2017, et que les protestations des grandes puissances occidentales ont été plutôt tièdes.

Prenant la parole lors de ce forum, fin décembre, le vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Mohammed Ben Abderrahmane Al Thani, a indiqué que l’heure était venue de « s’ouvrir à de nouveaux partenariats avec des pays situés dans les économies émergentes, dont l’Afrique qui regorge d’un bon potentiel ». Toutefois il est encore difficile de percevoir comment un tel rapprochement se concrétiserait.

...Suite

Source: Agence Ecofin

Publicité

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés