Publicité

RDC - La lutte contre le trafic des « minerais de sang » s’améliore

Jeudi 09 Mai 2019 / La lutte contre le trafic des « minerais de sang » s’améliore en RDC

Le commerce illégal des minerais, qui finance la guerre civile dans l’est de la République démocratique du Congo, est de mieux en mieux contrôlé, observe Dider Julienne, spécialiste des ressources naturelles, dans une tribune au « Monde ».

Contrairement aux idées reçues, la sécurité et la traçabilité des « minerais de sang » – tungstène, étain, tantale, or, cobalt, dont le trafic clandestin finance les groupes armés d’une des guerres civiles africaines les plus longues et les plus sanglantes du continent – se sont considérablement améliorées en République démocratique du Congo (RDC).

Sous l’égide de la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL [organisation régionale]), les efforts de traçabilité de ces minerais sont certes coûteux pour les mineurs artisanaux, mais ils ont presque éradiqué les trafics dans le tungstène, l’étain et le tantale. La future mine industrielle d’étain de Bisié, pilotée par la société Alphamin, qui devrait commencer à produire fin 2019, témoigne de cette confiance retrouvée.

La situation est, cependant, plus difficile dans le cas des mines d’or artisanales. Le trafic transfrontalier se poursuit entre les lieux de production de la RDC orientale et les comptoirs de négoce des trois pays voisins : Ouganda, Burundi et Rwanda. Ces trois pays n’ont que très peu de mines et exportent pourtant d’importantes quantités d’or vers Dubaï : chaque année, environ vingt tonnes d’or congolais quittent l’Ouganda et le Rwanda pour les Emirats arabes unis.

Sanctions par Dubaï

Ce trafic alimente un reliquat de bandes armées qui échangent l’or contre des équipements et des armes, contraignant l’ONU à laisser sur place plus de 18 000 soldats de l’ONU pour un coût annuel de 1,2 milliard de dollars (environ 1,071 milliard d’euros).

Dans ces conditions, il reste à Kinshasa de passer des discours aux réformes pour qu’une traçabilité effective des minerais s’impose à l’ensemble des pays de la zone des Grands Lacs. Une solution radicale consisterait déjà à investir dans une fonderie d’or située dans une ville frontalière de la RDC orientale, comme Goma, Bukavu ou Butembo.


Source:

Publicité

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés