Publicité

Nigéria - 2ème Forum des Femmes mathématiciennes de l’Afrique de l’Ouest : les obstacles à l’émancipation du genre mis à nu

Mardi 10 Juillet 2018 / Mme le professeur Ugbedor Olabisique (en chapeau rouge) et Mme le professeur Guidy Wandja Joséphine (en tailleur rouge), Ambassadrice de la CWM et Coordonnatrice de la Zone Afrique de l’Ouest de l’AWMA (Association des Femmes Africaines mathématiciennes)

Le 2ème Forum des Femmes mathématiciennes de l’Afrique de l’Ouest, initié par l’AWNA (Association des Femmes Africaines mathématiciennes) et organisé par la NWM (Association des Femmes mathématiciennes du Nigeria), s’est tenu les 25, 26 et 27 juin 2018, au Nigéria, précisément à l’Université de Ibadan, sous le thème : ‘’Lutter contre la menace d'inégalité entre les sexes. Rôle de l'emploi et des politiques gouvernementales’’.

Au cours de la cérémonie d’ouverture, le lundi 25 juin  2018, dans l’enceinte de l’Amphithéâtre du Département de Mathématiques, le professeur Guidy Wandja Joséphine a prononcé une conférence inaugurale sur le thème ‘’Femmes et Mathématiques : l’association des Femmes mathématiciennes africaines et  le Comité international des Femmes mathématiciennes de l’Union internationale des Mathématiciens’’. Pour la mathématicienne ivoirienne,  Guidy Wandja Joséphine, bien vrai que les universités africaines soient ouvertes aux femmes, très peu de femmes y ont accès pour des études de Mathématiques. «Ceci à cause de plusieurs facteurs dont les préjugés et les stéréotypes. Pour le peu de femmes qui y ont accès, elles ont rarement des soutiens financiers. Et comme les études de Mathématiques ne s’accommodent pas d’activités extra Mathématiques, beaucoup de jeunes filles, pourtant brillantes en Mathématiques, sont obligées d’abandonner les études mathématiques, ou de ne pas les poursuivre au-delà de la licence qui leur permet d’être au moins recrutées pour aller enseigner dans le Secondaire depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, en Occident comme en Afrique », a-t-elle déploré.

A l’en croire, des femmes ont eu accès à l’éducation mathématique aux domiciles de leurs parents, suffisamment riches pour payer des professeurs pour donner des cours de Mathématiques à leurs filles. Ainsi, interdites des Ecoles et des Universités, précise-t-elle, les femmes ont eu accès au Mathématiques par des cours particuliers à domicile et des formations à distance, et sont devenues de grandes figures en Mathématiques. Le professeur Guidy Wandja Joséphine a cité en exemple la Mathématicienne grecque Hypatie d’Alexandrie (350-415 avant Jésus-Christ) et  la Mathématicienne française Sophie Germain (1776-1831) connu sous le prête-nom Mr Leblanc. «En Occident jusqu’à la fin du 19ème siècle, les Femmes n’avaient pas accès à l’enseignement des Mathématiques, juste un petit nombre dont les familles avaient suffisamment de moyens pour se payer des cours à domicile pour leur fille. Néanmoins, les Femmes vont se battre jusqu’au 20ème siècle pour avoir accès aux écoles et Universités. Et à partir du 20ème  siècle, bon nombre de femmes ayant eu accès aux Universités, vont obtenir des Doctorats en Mathématiques », a-t-elle révélé. Elle a aussi fait la genèse de l’association AWMA crée en 2013 et du comité CWM-IMU crée en 2015 par l’Union Mathématique Internationale.

Signalons que le premier forum organisé par l’AWMA s’est tenu en juillet 2016  au Sénégal à AIMS-Mbour. Le professeur Ugbedor Olabisique,  présidente-fondatrice de l’Association des Femmes mathématiciennes du Nigéria (NWM), par ailleurs, chef du Département de Mathématiques de l’Université d’Ibadan et organisatrice dudit forum, a remercié l’AWMA représentée par le professeur Guidy Wandja Joséphine. L’AWMA compte s’appuyer sur ses réseaux d’associations nationales africaines ‘’Femmes et Mathématiques’’, pour promouvoir les filles et les femmes en mathématiques en trouvant des bourses, des directeurs de recherches à celles qui ont une maîtrise des Mathématiques et qui veulent préparer un Doctorat dans des filières mathématiques. «C’est là l’une des nombreuses missions que s’est assignées l’Association des Femmes mathématiciennes africaines », a-t-elle confié.

Pendant les trois jours qu’a duré le 2ème Forum des Femmes mathématiciennes de l’Afrique de l’Ouest, les activités se sont articulées autour de travaux en plénières, de séances parallèles entre Mathématiques pures et Mathématiques appliquées, de séances sur la présentation des travaux de recherches des doctorantes et post doctorantes, de discussions sur les carrières en Mathématiques avec les filles des établissements secondaires et d’un symposium sur ‘’Les Mathématiques dans la vie de tous les jours’’ avec un concours entre établissements de jeunes filles présélectionnés de Ibadan. Cinq (5) minutes. C’est le temps que disposait chaque chef de groupe des différents établissements pour présenter un exposé sur le thème susmentionné devant un jury. Les lauréats ont été récompensés. Un dîner de clôture a été offert aux participants.


Patrick KROU


Publicité

Source: Africactu.com

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés