Publicité

Nigeria - END SARS : Buhari appelle la communauté internationale à « chercher à connaître tous les faits avant de prendre position »

Mardi 27 Octobre 2020 / Le président nigérian, Muhammadu Buhari

Le jeudi 22 octobre, le président nigérian s’est exprimé au sujet du mouvement END SARS qui a fait l’objet d’une violente répression ces derniers jours. Condamnant la diffusion de « fake news » sur les réseaux sociaux, il a appelé les pays étrangers à « chercher à connaître tous les faits avant de prendre position ».

Le 22 octobre 2020, le président nigérian, Muhammadu Buhari, s’est prononcé au sujet des récentes violences ayant eu lieu dans le cadre des protestations du mouvement END SARS. Dans un discours télévisé adressé à la nation, le chef d’Etat a tenu à clarifier les positions de son gouvernement face aux revendications populaires. « Je dois mettre en garde ceux qui ont détourné et mal orienté les protestations initiales d’une partie de nos jeunes […] contre les excès de certains membres de la brigade spéciale anti-vols (SRAS) », a-t-il commenté pour condamner les dérives des manifestants.

Selon le chef d’Etat, les principales revendications des initiateurs du mouvement END SARS qui a démarré le 12 octobre 2020 ont déjà été prises en compte par les autorités. De ce fait, estime-t-il, « il n’y a aucun moyen de relier [les récentes violences, Ndlr] à l’expression légitime des griefs de la jeunesse » nigériane.

Rappelant que son gouvernement avait pris l’engagement officiel de démanteler la très controversée SARS et de réformer en profondeur les forces de sécurité, Muhammadu Buhari a vivement critiqué la prolifération sur les réseaux sociaux de « fausses informations […] indiquant que ce gouvernement est insensible à la détresse de ses citoyens. ». D’après lui, ces informations ne sont qu’un ensemble de « stratagème visant à induire en erreur les imprudents à l’intérieur et à l’extérieur du Nigeria dans un jugement injuste et un comportement perturbateur ».

Ces propos interviennent peu après les événements du Lekki Toll Gate, qui ont vu des manifestants pacifiques être attaqués par des hommes armés le 21 octobre 2020. Alors qu’un « blackout » de la zone empêchait le relais des informations par des médias officiels, des vidéos et images circulant sur les réseaux sociaux ont suggéré que cette répression sanglante était l’œuvre de soldats nigérians. Un fait que continue de nier l’armée nigériane qui parle plutôt de « fake news ».

Faisant référence aux condamnations de plusieurs pays étrangers (Royaume-Uni, Etats-Unis), il a appelé la communauté internationale à « chercher à connaître tous les faits disponibles avant de prendre position ou d’émettre des jugements hâtifs ». Ces derniers jours, des organisations internationales telles que l’ONU et la CEDEAO se sont d’ailleurs jointes à des personnalités influentes pour appeler le gouvernement nigérian à trouver une solution de fin de crise.

Sans mentionner dans son discours les événements de Lekki, Muhammadu Buhari a appelé de son côté, la jeunesse à « mettre fin aux manifestations de rue » et à « résister à la tentation d’être utilisée par certains éléments subversifs pour provoquer le chaos dans le but de tronquer notre démocratie naissante ».


« Agir autrement reviendrait à porter atteinte à la sécurité nationale et à l’ordre public. En aucun cas cela ne sera toléré », a-t-il conclu.


Moutiou Adjibi Nourou


Publicité

Source: Agence Ecofin

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés