Publicité

Sénégal - Dakar Fashion Week : le défilé de mode dans une forêt de baobabs

Mercredi 16 Décembre 2020 / Dakar Fashion Week : le défilé de mode dans une forêt de baobabs

Les organisateurs de la Dakar Fashion Week de cette année ont un message pour le monde : la durabilité environnementale est à la mode.

Contraints par les restrictions imposées par le coronavirus de tenir le défilé en plein air, les mannequins ont foulé le podium situé à côté du tronc d'un ancien baobab.

L'événement, qui s'est tenu le week-end dernier dans la capitale sénégalaise sur le thème de la responsabilité environnementale, a mis en vedette 20 créateurs dont les collections - tant celles montrées sur le podium que celles vendues dans les boutiques - sont depuis longtemps fabriquées à la main sur le continent plutôt que produites en masse dans des usines.

"Beaucoup de créateurs avaient déjà fait de la "mode éthique" mais ils ne le savaient pas", a déclaré Adama Ndiaye, fondatrice de la Dakar Fashion Week et créatrice d'Adama Paris.

"Tout est confectionné ici et en petite quantité. Nous avons eu tellement honte de cela pendant des années, mais maintenant nous en sommes fiers. C'est du luxe".

Dans ce que l'on appelle la mode éphémère ou "fast fashion", les consommateurs, notamment en Occident, achètent et jettent des vêtements à un rythme démesuré, ce qui entraîne une augmentation de la pollution industrielle.

Le nombre moyen de fois qu'un vêtement est porté avant d'être jeté a diminué de 36% au cours des 15 dernières années, selon un rapport de la Fondation Ellen Macarthur datant de 2017.

Chaque année, la production et la teinture des tissus consomment environ 100 millions de tonnes de ressources non renouvelables et émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre, indique le rapport.

Rien qu'en 2015, les émissions de carbone provenant de la production textile équivalaient plus que celles de tous les vols internationaux et le transport maritime réunis.

En outre, les produits chimiques toxiques libérés par la teinture et le traitement des textiles sont responsables de 20 % des eaux industrielles polluées au niveau mondial.

La majorité des tissus utilisés lors de la Dakar Fashion Week de cette année, bien que cousus en Afrique, ont été importés de l'étranger. Même les pagnes wax sont généralement fabriqués en Chine et en Europe.

"Nous ne fabriquons pas tout ici, donc nous ne pouvons pas créer une collection 100% sénégalaise", a déclaré Adama Ndiaye, dont la ligne a utilisé du matériel importé de Thaïlande.

"Mais au moins, nous avons pris l'initiative de faire certaines choses."

Le spectacle de samedi, en accord avec le thème de l'environnement, s'est déroulé dans un champ de baobabs.

Mais l'ambiance a été gâchée par les tas de bouteilles d'eau en plastique ainsi que par les parapluies, les tapis et les affiches portant le logo des bouteilles d'eau de Kirene, qui a parrainé l'événement.

Les bouteilles de Kirene sont omniprésentes dans les rues et sur le littoral de Dakar, qui croulent sous les déchets plastiques.

Mais Adama a dit qu'elle avait besoin d'un soutien financier et la société s'est engagée à créer un programme de recyclage.

"Pour que je puisse parler de durabilité, il faut que je sois soutenue, car tout cela coûte de l'argent", a-t-elle déclaré.

Bel Jacobs, co-fondatrice de Fashion Act Now, un groupe de plaidoyer né de la campagne Extinction Rebellion, a déclaré que le mérite de la Dakar Fashion Week d'avoir initié le débat sur la durabilité et la surconsommation devait être salué.

Le groupe de Jacobs est connu pour ses protestations visant à annuler la Fashion Week de Londres.

"Les Fashion week existent spécifiquement pour promouvoir l'idée de la consommation continue de nouveaux vêtements", a-t-elle expliqué.

"Elles peuvent encore être une célébration de la créativité, de l'imagination, de l'innovation. Mais tout doit être orienté vers la crise planétaire".

Mme Jacobs a cité la Fashion week de Copenhague, où les créateurs doivent satisfaire à un ensemble de 17 exigences de durabilité d'ici 2023 pour pouvoir participer à la manifestation.

Ces exigences comprennent l'utilisation de 50% de matériaux recyclés ou organiques, l'engagement de ne pas détruire les vêtements invendus et l'utilisation d'emballages écologiques.

Voir plus de photos

Publicité

Voir plus de photos

Source: bbc

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés