Publicité

CAN 2019 : la CAF déplore elle aussi le piratage de beIN sports par beoutQ

Vendredi 12 Juillet 2019 / CAN 2019 : la CAF déplore elle aussi le piratage de beIN sports par beoutQ

Après la Fifa à l'occasion du Mondial féminin, la CAF a condamné des violations de la propriété intellectuelle par la chaîne beoutQ lors de la CAN en cours en Égypte. Diffusée par le satellite saoudien Arabsat, celle-ci cherche à contrecarrer l’exclusivité du groupe qatari beIN sports en piratant les matchs pour les diffuser gratuitement.

« La Confédération africaine de Football (CAF) a constaté une nouvelle opération de piratage d’envergure conduite par la plateforme télévisuelle pirate dénommée “beoutQ”, dont est victime sa compétition phare, le tournoi final de la Coupe d’Afrique des Nations », déplore la Confédération africaine de football (CAF) dans un communiqué publié samedi 6 juillet.

« Seule beIN Sports dispose d’un contrat de la CAF, pour retransmettre en exclusivité, avec droit de sous-licencier, les matchs de la Coupe d’Afrique des Nations sur notamment les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, tandis que la chaîne égyptienne Time Sport Channel, en sa qualité de télévision hôte de la Compétition, dispose de l’autorisation de la CAF de diffuser les matchs par télévision terrestre gratuite sur l’ensemble du territoire d’Égypte », a précisé l’instance continentale, ajoutant qu’Arabsat a « refusé d’obéir aux injonctions de faire cesser » ces activités.

La CAF rappelle que « les droits de retransmission concédés par la CAF sur une base exclusive à ses partenaires diffuseurs officiels ont pour contrepartie d’importantes contributions qui assurent le financement et le développement des compétitions de football africaines et de ses associations membres ».

L’OMC saisie

L’organe faîtier du football africain « entend se joindre aux démarches entreprises par les principaux détendeurs de droits impactés (dont la Fifa, l’UEFA, l’AFC, la Liga, la Premier League et la Bundesliga) et engager toutes mesures et actions nécessaires à l’encontre des entités qui se rendent coupables ou complices de ces actes de piraterie, y compris sur le plan judiciaire ».

Selon le gouvernement qatari, le groupe spécial de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) s’est réuni en début de semaine à Genève pour étudier ce qu’il qualifie de « plus vaste piratage de l’histoire » – en vertu de la « procédure de règlement des différends en matière de protection des droits de propriété intellectuelle », conformément à l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (Accord sur les ADPIC).

...Suite

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés