Publicité

Afrique - Restitution d'œuvres d'art pillées : comment rapatrier les oeuvres d'art du continent grâce au numérique

Jeudi 12 Mai 2022 / Restitution d'œuvres d'art pillées : comment rapatrier les oeuvres d'art du continent grâce au numérique

Dans notre série de lettres d'écrivains africains, la romancière nigériane Adaobi Tricia Nwaubani met en avant une nouvelle initiative visant à récupérer les œuvres d'art pillées en Afrique par les puissances coloniales.

Et si les Africains parvenaient à accéder aux musées du monde occidental, à rassembler toutes les œuvres d'art pillées sur leur territoire pendant l'ère coloniale et à les ramener chez eux ?

C'est ce que tente de faire un jeune Nigérian. Mais plutôt que de s'introduire physiquement dans les musées et d'emporter les œuvres d'art, il veut les rapatrier numériquement.

"C'est le premier rapatriement numérique d'œuvres d'art volées", a déclaré Chidi, 34 ans, un créateur nigérian et fondateur de Looty, qui a refusé de donner son nom de famille car, dit-il, il veut que les gens se concentrent sur son projet et non sur sa personne.

"J'ai eu cette idée : pourquoi ne pas reprendre les œuvres d'art physiques dans le monde numérique ? ".

L'idée de Looty lui est venue à la suite des conversations croissantes autour des non-fungible token ('jetons non fongibles' (NFT), un certificat d'authenticité de la propriété des fichiers numériques.

Bien que les droits légaux véhiculés par les NFTs puissent être incertains, ils deviennent de plus en plus populaires.

Le NFT du premier tweet du fondateur de Twitter, Jack Dorsey, s'est vendu 3 millions de dollars, et un autre NFT du mandat d'arrêt de Nelson Mandela, l'icône sud-africaine de la lutte contre l'apartheid, a rapporté 130 000 dollars lors d'une vente aux enchères.

Au moment même, on constate une agitation croissante pour le retour des œuvres d'art pillées à l'Afrique par les colonisateurs européens.

"Nous parlions de la provenance et de la propriété des pièces. Et si je pouvais les ramener et les transformer en NFT ?", a déclaré Chidi.

Le processus de rapatriement des œuvres d'art commence par la recherche d'œuvres potentielles pour Looty, puis la visite de musées pour les scanner à l'aide d'applications spéciales sur les téléphones portables.

Ensuite, les images sont téléchargées sur des ordinateurs portables et le processus compliqué de conversion en 3D commence, à l'aide d'applications et de technologies spéciales.

"Pour être franc, c'est presque comme si nous re-sculptons l'œuvre d'art à nouveau", a déclaré Chidi. "Une pièce peut prendre une semaine entière pour être terminée, peut-être plus".

...Suite

AgenceEcofin


Source: AgenceEcofin

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés