Publicité

Les Africains fustigent l’absence des pays riches au sommet de Rotterdam sur l’adaptation au changement climatique

Mardi 06 Septembre 2022 / Des déplacés ayant fui la sécheressse attendent une distribution d’eau dans un camp à Baidoa, en Somalie, le 13 février 2022

A deux mois de la COP27 à Charm el-Cheikh, les dirigeants du continent souhaitaient profiter de ce rendez-vous pour mobiliser l’attention internationale.

Déçus et amers. L’un après l’autre, le dirigeant sénégalais Macky Sall, au nom de l’Union africaine (UA) dont il assure la présidence tournante, celui du Ghana, Nana Akufo-Addo, celui de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, la présidente de l’Ethiopie, Sahle-Work Zewde, et Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’UA, ont déploré l’absence des chefs d’Etat des pays industrialisés au sommet consacré à l’adaptation de l’Afrique au changement climatique, lundi 5 septembre à Rotterdam.

« Nous avons fait l’effort de quitter l’Afrique pour venir à Rotterdam et ils sont absents de cette salle alors qu’il était certainement plus facile pour eux de se déplacer, a fustigé le président sénégalais. Ils sont les principaux pollueurs et doivent financer l’adaptation » des pays qui ne sont pas responsables du dérèglement climatique.

A deux mois de la conférence des Nations unies sur le climat (COP27) de Charm el-Cheikh, en Egypte, les dirigeants africains souhaitaient profiter de ce rendez-vous organisé par le Centre mondial pour l’adaptation (GCA) pour mobiliser l’attention internationale sur l’une des priorités du continent alors que la pandémie de Covid-19 et le choc inflationniste lié à la crise ukrainienne amenuisent ses capacités financières.

Trente-trois Etats africains sur 54 font partie des pays les moins avancés. « Nos pays sont d’ores et déjà contraints de consacrer entre 2 % et 5 % de leur PIB pour faire face à un problème qu’ils n’ont pas créé. Ils reçoivent une part insignifiante de financements internationaux. C’est une des plus choquantes injustices à l’égard du continent », a critiqué Moussa Faki Mahamat.

« Les Africains ne sont pas en train de mendier »

Environ 50 milliards de dollars par an sont nécessaires pour mettre en œuvre les politiques d’adaptation élaborées par les gouvernements africains d’ici à 2030. Seule une partie peut être assurée sur des ressources intérieures. Le Rwanda a par exemple déjà averti qu’il n’était pas en mesure de couvrir plus de 40 % de ses besoins, le Ghana un tiers et le Kenya à peine plus de 10 %.

En 2019 et en 2020, les pays industrialisés ont contribué à hauteur de 11 milliards de dollars, selon les données publiées par le GCA : 97 % provenaient de financements publics et en particulier de banques multilatérales de développement, et plus de la moitié de ces financements étaient des prêts contribuant à alourdir l’endettement des pays.

La Banque africaine de développement (BAD) et le GCA ont lancé en 2021 un Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique, dont l’objectif est de réunir 25 milliards de dollars d’ici à 2025 pour soutenir par exemple des initiatives d’adaptation dans le domaine agricole ou construire des infrastructures capables de résister aux chocs climatiques. « Les Africains ne sont pas en train de mendier ni d’attendre. Ils mettent de l’argent sur la table », a souligné le président de la BAD, Akinwumi Adesina, en rappelant les pays industrialisés à leur devoir de solidarité.

Ce programme est composé de deux volets : un fonds d’amorçage de 250 millions de dollars qui doit permettre d’évaluer la faisabilité des projets, et, dans un second temps, un plan de financement. La BAD espère lever cette somme lors de la COP27. La France, qui était représentée à Rotterdam par sa secrétaire d’Etat chargée du développement, Chrysoula Zacharopoulou, a annoncé qu’elle verserait 10 millions d’euros pour soutenir des projets liés à la Grande Muraille verte et à l’initiative FARM (Food and Agriculture Resilience Mission), portée par Emmanuel Macron et Macky Sall.


Laurence Caramel


Publicité

Source: LeMonde

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés