Publicité

Comment les médias sont devenus les outils centraux du soft power chinois en Afrique

Jeudi 12 Mai 2022 / Comment les médias sont devenus les outils centraux du soft power chinois en Afrique

Pendant plusieurs décennies, les grandes puissances occidentales ont dominé l’espace médiatique africain. La situation semble changer, ces dernières années, avec une baisse de popularité des médias européens sur le continent. Pour des pays comme la Chine, c’est l’occasion rêvée…

En 2021, les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique ont atteint une valeur de 254 milliards $, affichant une hausse de 35% par rapport à 2020. Présente sur le continent depuis le début des indépendances, la Chine n’a commencé à y communiquer pour soigner son image qu’au début des années 2000. La stratégie semble avoir fonctionné. Pour illustrer le changement de la perception africaine de la Chine, il suffit d’observer l’opposition totale entre l’avis de l’ancien dictateur centrafricain, Jean Bedel Bokassa, sur l’empire du milieu et celui d’Abdoulaye Wade, des années plus tard. Pour Bokassa, en 1966, les Chinois étaient « plus dangereux pour l’Afrique que la bombe atomique ». En 2008, l’ancien président sénégalais déclarait au Financial Times que « la Chine a aidé les nations africaines à construire des projets d'infrastructure en un temps record ».

Avec le temps, la perception africaine de la Chine s’est fortement améliorée. Ce changement n’est pas seulement dû au volume des échanges commerciaux. La Chine a également mis en place une stratégie de soft power pour séduire les pays africains grâce à sa langue et à sa culture. Cette action a d’abord été portée par l’institut Confucius. Sur le modèle de l'Institut Français, la première de ces antennes de la culture chinoise s’est ouverte au Kenya en 2005. 15 ans plus tard, il en existe 59 en Afrique. Ces centres se sont montrés efficaces dans la promotion de l’image de la Chine en Afrique. Toutefois, ce sont d’autres outils qui portent désormais le soft power chinois en Afrique : les médias.

La présence médiatique chinoise en Afrique

La Chine ne semble avoir pris conscience qu’assez récemment du potentiel des médias en tant qu’outils de soft power. Comme l’explique le rapport « la Chine parle aux Africains : l’appareil médiatique de Pékin », de Ronan Morin-Allory, la Chine a commencé à se signaler sur le paysage médiatique africain dès les années 1960, en apportant un soutien matériel au secteur africain des médias. « Ce soutien s'inscrit alors dans le cadre de sa politique d’aide et de coopération aux pays nouvellement libérés du joug colonial. La Guinée de Sékou Touré ayant décliné l’offre française de maintien d’un cadre de coopération économique et culturel, a été un des premiers pays du continent à bénéficier de la coopération chinoise », explique l’étude.

En l’an 2000, avec la création du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), les projets sino-africains dans le secteur des médias se multiplient.

...Suite

Source: AgenceEcofin

Publicité

Dans la même catégorie

Suivez nous sur facebook



Publicité

Contacts: Cote d'Ivoire: +22552823232 / Ghana: +233265648476 / Email: contact@africactu.com

Africactu.com © 2016 Tous droits réservés